Document sans titre

Document sans titre


 

ACCUEIL

 

Contact

 

Services

 

Conseil

 

Relecture

 

Compte client

 

Compte-mots

 

Compteur caractères

 

Vidéos

 

Correction CV

 

Formats

 

Tarifs

 

Conditions

 

Devis

 

 
Web www.alorthographe.com

Espace Poésie, publiez gratuitement vos textes et poèmes sur www.alorthographe.com.

[ Retour à la page d'accueil de l'Espace Poésie ]

Rêve éveillé
Poème de Delcau Roinos avec son aimable autorisation.
NOUVEAU et gratuit sur Alorthographe.com : découvrez 1350 mots, 3 niveaux de jeu et 27 catégories.

Assis au bord du chemin,
Les yeux plein de lumière
Respirant la lavande et le thym,
Jouant de mes doigts,
De la harpe sur les rayons du soleil.
Oubliant pour un instant la misère
Le visage souriant et de bon teint
Même si à l'évidence je me dois
De bouger, non cela sera pareil !
Car déjà se préparent de moins heureux lendemains.

Rêver en voyant des gouttes de rosée
Faisant sur une toile d'araignée
Comme un collier du plus pur diamant
Instant éphémère, mais délicieux.
Ne penser à rien, là, la tête vide,
Même si la réalité je ne dois nier,
Que l'on ne peut de son destin pesant
Échapper, alors profitons de ces instants précieux.
Soyons sans honte, avides,
De dame nature, dont je ne saurai me passer.

Car que serait l'existence
Dans un monde robotisé
Sans pouvoir s'abandonner au rêve,
A la découverte, à la vie
Ne plus éprouver de joie terrestre,
Voyez ces enfants s'amuser,
Insouciants de la vie, ils profitent sans trêve,
De chaque instant, je les envie.
Car de ma jeunesse, je me demande ce qu'il en reste ?
Sans doute une part d'inconscience.

Qu'est ce que le savoir, la connaissance ?
Sans pouvoir partager le vécu !
Autant rester assis au bord du chemin,
Et continuer à s'émerveiller de choses futiles ?
Comme d'une fourmi ou d'un papillon,
Mais qui pour moi et j'en suis convaincu,
Sont bien plus importants que l'humain,
Qui ne sait faire autre chose d'utile,
Que la guerre pour gagner des millions
Et cela bien avant ma naissance !

Mais tout cela a déjà été dit et écrit,
Par des philosophes et poètes et autres troubadours,
Avec bien plus de verve que votre serviteur.
Mais qui comme moi ont su un jour s'asseoir
Et rêver au bord du chemin.
Alors comme mes ancêtres sans détour,
Je me révolte avec cet esprit de lutteur.
Qui fit de ces gens de lettres avec si peu de pouvoir
Bien souvent des combattants de moulins.
Mais défendant toujours la veuve et l'orphelin à corps et à cris

Ceci suffit il à faire bouger le monde ?
Je n'en suis point certain,
Mais cela est mieux que de se taire.
Prendre position est devenu une mode.
Est il encore de bon ton de rester assis,
Au bord du chemin, sans être traité de crétin ?
Par des personnages aussi bêtes que sectaires.
Sont ils manipulés ou répondent ils à un code ?
Sans réfléchir devrai je me lever aussi,
Et participer à leur jeux immondes ?

Bientôt assis au bord du chemin,
Je les verrai passer en armes.
Frappant le sol de leurs bottes cirées.
Restera-t-il des fleurs, peut être à leurs fusils ?
Encore une fois le drame et la misère,
Combien en ressortiront de pauvres gens en larmes ?
Un jour de nos fautes serons nous en retirer
Une leçon pour enfin vivre tranquillement sans soucis ?
Aimons la nature, et les yeux plein de lumière,
Se dire que nous méritons enfin ce nom d'humain.

 

 

Conformément à la loi "Informatique et Libertés" N° 78-17 du 6 Janvier 1978 , vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition que vous pouvez exercer par écrit au moyen du formulaire de contact de ce site.

       
Document sans titre